Mobirise



POUR UNE PLAINE RESPECTÉE
ET RESPECTUEUSE
DE TOUS SES USAGERS

La rénovation de la place Jean Jaurès, place emblématique du centre
de Marseille, a animé de nombreuses discussions ces dernières semaines. Dans ce débat politique, les habitants sont pris en tenaille entre une « Assemblée de la Plaine » opposée au projet qui occupe le terrain et s’arroge la parole des habitants, et de l’autre des réponses brutales des pouvoirs publics. 
Nous souhaitons apporter une nouvelle voix.

L’ASSEMBLÉE DE LA PLAINE N’EST PAS L’UNIQUE PORTE-PAROLE DU QUARTIER

Nous, habitants du quartier, regrettons d’être systématiquement assimilés à « l’Assemblée de la Plaine ».

Les riverains, commerçants et acteurs de la vie culturelle et associative du quartier sont très nombreux à être favorables au projet de rénovation.

En aucun cas, « l’Assemblée de la Plaine » n’est représentative de l’ensemble de nos sensibilités ni dépositaire de notre parole. Nous ne sommes pas non plus l’unique voix, il faut que ce quartier puisse se respecter et échanger à nouveau.

GESTION CONTESTABLE DU PROJET,
MAIS L’ENVIE D’AVANCER !

Le projet souffre d’une communication calamiteuse : cafouillage de la gestion des forains, abattage d’arbres sous protection policière...

Des exemples qui montrent à quel point nous resterons vigilants dans le suivi des travaux. Nous attendons en particulier le retour du marché. Les dérapages verbaux inacceptables de certains élus et le blocage systématique par les opposants ont empêché les habitants de s’exprimer pendant les réunions de concertation.

Nous redoutons aujourd’hui de voir les travaux suspendus, ce qui ne ferait que prolonger l’état insupportable dans lequel la Plaine est aujourd’hui.

La piétonnisation et la fin du parking vont dans le sens d’une place plus agréable pour tous et toutes. 

PAS DE ZAD, 
PAS DE DIVISION À LA PLAINE !

La proclamation de la ZAD nous a fait entrer dans un climat d’insurrection aux lourdes conséquences.

La présence des CRS ne permet pas non plus au quartier de fonctionner normalement. Au milieu des gaz lacrymogènes et des files de camions de police, il est difficile pour habitants et commerçants de travailler, de circuler ou de faire leurs courses.

Cette escalade ne semble plus avoir de fin ; nous appelons les uns et des autres à créer les conditions d’un consensus.  

VIVONS NOTRE QUARTIER ENSEMBLE,
AVEC NOTRE DIVERSITÉ

La vie populaire et métissée est l’essence même du quartier et nous y sommes tous attachés. Nous apprécions ses particularités, sa mixité, sa richesse multiculturelle et intergénérationnelle.

Nous ne pensons pas que le projet de rénovation menace son impertinence.

Nos vies sont ici.

À nous habitants, usagers et associations de penser dès aujourd’hui, dans notre diversité, ce que sera notre vivre-ensemble sur cette place rénovée. Aussi, en tant qu’habitants et usagers du quartier, nous ne sommes pas solidaires de l’Assemblée de la Plaine, et souhaitons faire entendre notre voix, une voix qui demande la pacification de la Plaine et la mise en œuvre de ce projet de réaménagement.